jeudi 26 avril 2018

Appelle-moi par ton nom, d'André Aciman - Call me by your name



Hey! Alors déjà, je tiens à m'excuser de mon absence. Je sais que mes articles se font rares, et j'aimerais être plus présente! Pourtant, depuis le début de l'année, je me remets à lire, mais je ne chronique pas tout ce que je lis et mon rythme de lecture est tout de même assez faible. J'ai un peu du mal à gérer mon temps entre études, vie sociale et lecture... mais je fais de mon mieux, et je vais essayer de revenir plus souvent!




Edition: Grasset
Sortie: Février 2018
Nombre de pages: 336
VO: Call me by your name



Aujourd’hui, je reviens pour la chronique d’un livre que j’attendais au tournant, d’un livre qui a d’ailleurs été adapté au cinéma. Je vous avoue que c’est la bande-annonce du film qui m’a décidé…. Je l’ai vue et je me suis dis « il faut que je lise le livre !!! » pour ensuite voir le film ! En effet, le roman avait l’air d’être particulièrement bouleversant et j’ai tellement entendu d’éloges à ce propos… je ne pouvais donc pas résister !

D’abord, je tiens à vous préciser que j’ai essayé de lire Call me by your name en VO. Déjà, parce que de premier abord, le titre m’attirait beaucoup plus! Ensuite, parce que je voulais découvrir la vraie plume de l’auteur. Je l’ai donc acheté en VO (en plus, c’est beaucoup moins cher, et j’avoue que ce n’est pas un critère négligeable), seulement un problème est survenu : j’ai eu du mal à comprendre les subtilités du texte. En effet j’ai déjà lu deux romans en VO, Everything Everything de Nicolas Yoon et It ends with us de Colleen Hoover, mais c’est avouons-le un anglais assez simple. Ici, j’ai trouvé la langue beaucoup plus complexe, les phrases beaucoup plus longues, les mots utilisés peut-être plus savants… Je comprenais le sens général, mais ce n’est pas ce dont j’avais envie : je voulais lire un beau texte et en profiter, or là je bloquais vraiment, je n’arrivais pas à apprécier le texte à sa juste valeur. J’ai donc décidé de m’acheter le texte en VF, qui est d’ailleurs beaucoup plus cher : mais malgré le fait que je sois maintenant ruinée, je ne regrette rien, parce que c’était BEAU c’était ENRICHISSANT et c’était POIGNANT.

Fin des années 80. Nous sommes plongés dans les pensées internes les plus profondes et les plus intimes d’Elio, un jeune homme qui passe, comme depuis toute son enfance, ses vacances dans la maison de ses parents sur la côte italienne. Très souvent, son père, professeur d’université, reçoit des invités dans cette maison, notamment des intellectuels, afin de venir passer l’été.

C’est l’histoire de "cet été-là" qu’Elio raconte. "Cet été-là ", parce que c’est l’été qui aura marqué sa vie. Il y aura eu, pour Elio, un avant et un après : un avant et un après sa rencontre avec Oliver, qui bouleversera sa vie, ses désirs, ses pensées, sa vision de la vie et de l'amour.

D’abord et je vous préviens, ne vous attendez pas à deux amants qui se sautent dans les bras dès les premières minutes venues. Non, Appelle-moi par ton nom est bien plus que cela. Parce qu’il y a un réel jeu qui s’installe entre les deux protagonistes : un jeu très spécial, très complexe. Ils se cherchent, s’ignorent, essaient de se comprendre par le regard. Ce n’est pas évident, pour Elio, de comprendre les intentions d’Oliver ; comme ce n’est pas non plus évident pour nous, les lecteurs. Ce que j’ai aussi trouvé un peu complexe et parfois agaçant, c’est de réussir à suivre Elio. En effet nous sommes dans ses pensées puisque nous suivons un point de vue interne. Et pourtant, j’ai trouvé ce personnage réellement indécis, difficile à suivre, parfois capricieux, parfois gamin, parfois beaucoup trop réfléchi. Elio n’est pas un personnage que j’affectionne particulièrement, et il m’a souvent agacé à la lecture, mais c’est en refermant le livre que je me suis dis qu’après tout : il est juste un jeune homme perdu, qui se cherche, qui ne sait pas ce qu’est le désir et l’amour et qui est juste amené à les découvrir par lui-même, comme nous seront tous amenés dans nos vies. Je ne pense pas qu’il existe qui que ce soit qui n’ait jamais douté, qui n’ait jamais été indécis.


« Écoute, me devança-t-il. Tu as eu une belle amitié. Peut-être plus qu’une belle amitié. Et je t’envie. À ma place, la plupart des parents espéreraient que tout cela passe vite, ou que leur fils retombe rapidement sur ses pieds. Mais je ne suis pas un tel parent. S’il y a du chagrin, chéris-le, et s’il y a une flamme, ne l’éteins pas, ne sois pas brutal avec elle… Le manque peut être une chose terrible quand il nous tient éveillé la nuit, et voir les autres nous oublier plus vite qu’on ne voudrait être oublié n’est pas mieux… Nous arrachons tant de nous-mêmes pour guérir plus vite qu’il ne le faut, qu’à trente ans nous sommes démunis et avons moins à offrir chaque fois que nous commençons avec quelqu’un de nouveau. Mais ne rien ressentir pour ne rien ressentir – quel gâchis ! (...) La façon dont tu vis ta vie est ton affaire. Mais souviens-toi, notre cœur et notre corps ne nous sont donnés qu’une fois. La plupart d’entre nous ne peuvent s’empêcher de vivre comme s’ils avaient au moins deux vies à vivre, l’une étant le brouillon, l’autre, la version définitive, sans compter toutes ces autres versions entre les deux. Mais il n’y en a qu’une, et bientôt notre cœur est usé et, pour ce qui est du corps, le moment vient où personne ne le regarde, ni n’a la moindre envie de s’en approcher. Maintenant il y a le chagrin. Je ne t’envie pas la souffrance. Mais je t’envie le chagrin. »

C’est aussi cet aspect que j’ai adoré dans ce roman, et qui fait son originalité : sa sincérité, son honnêteté. Pas de détours, pas de sentiments à la guimauve (attention je dis pas que ça ne fait pas du bien quand il y’en au contraire). Dans cette histoire tout nous paraît vrai, sincère, honnête, et parfois peut-être même cru. Je vous avoue qu’il y a quelques scènes (je pense à deux scènes en particulier, ceux qui l’ont lu comprendront peut-être) qui sont vraiment assez osées et crues. Mais c’est aussi cela qui fait la beauté de ce livre, son originalité. Le lecteur est surprit, car il s’attend peut-être à une histoire d’amour comme on en voit un peu partout dans les roman et les films, or ce n’est pas le cas. Attendez vous à de l’amour mais aussi un peu de trash, ainsi qu’à des personnages qui ne savent pas toujours où ils en sont (comme dans la vraie vie quoi).

L'univers est fort, assez marquant et original. Nous sommes plongés dans une atmosphère de vacances, d'été en Italie dans les années 80. Nous avons l'impression d'y être, et une atmosphère paisible et propice à l'amour se dégage de cet environnement.

LA FIN, parlons maintenant DE LA FIN. Mon cœur a été brisé, chamboulé, prit par des petites mains et jeté contre le mur. La fin est bouleversante, vraiment vraiment ! Je ne vais pas vous la spoiler, évidemment, c’est pas mon genre. Elle est à la fois belle, triste, percutante, et encore une fois vraie. Elle n’est pas embellie mais elle n’est pas non plus improbable bien au contraire.. Franchement, je vous invite à lire ce roman pour son intégralité, mais aussi pour la beauté de sa fin !

Ce livre m’a marqué, c’est sûr et certain. Même si je ne l’ai pas trouvé parfait et que j’ai plutôt insisté ici sur ses points positifs, ce roman m'a particulièrement marqué, pour plusieurs raisons. Peut-être par les sujets tabous qu’il aborde. La mise en avant d’une histoire homosexuelle, et entre deux hommes d’un âge différent, est tellement rare dans la littérature ! Mais aussi, la façon de traiter l’amour qui est vraiment différente, vraie.

Un livre percutant et marquant que je vous conseille d'ouvrir! Alors dites-moi si vous l'avez déjà lu, si vous l'avez aimé ou pas... je veux tout savoir ♥

7 commentaires:

  1. J'ai vu le film alors je ne pense pas tester le livre mais je dois dire qu'il ne m'a pas laissé indifférente ! J'ai apprécié le côté poétique :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour ça que je voulais lire le livre avant de voir le film haha! Et oui en effet, le côté poétique est apparemment bien retranscrit 😘

      Supprimer
  2. Oui, la fin ! Le dernier chapitre est incroyable de justesse, de logique et de beauté.

    RépondreSupprimer
  3. Il a l'air vraiment magnifique ce livre ! Une belle histoire d'amour, à ce que je vois ! J'ai vraiment envie de la découvrir, moi aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OUIIIII il est magnifique, et en effet c'est une très belle histoire d'amour mais abordée différemment que d'habitude! Je te le conseille à fond 😘

      Supprimer
  4. J'hésitais un peu au sujet de ce livre, parce que je ne suis pas très fan de romance et j'avais peur que ce soit juste ça. Mais ta chronique m'a convaincu du contraire, il ne me reste plus qu'à me le procurer.

    RépondreSupprimer