dimanche 23 août 2015

"Madame Bovary", de Flaubert






"La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles."



"Pour son malheur, Emma Bovary est née femme et vit en province. Mère de famille contrainte de demeurer au foyer, elle mène une existence médiocre auprès d'un mari insignifiant. Pourtant, Emma est nourrie de lectures romantiques et rêve d'aventures, de liberté et surtout de passion. L'ennui qui la ronge n'en est que plus violent, au point de la pousser à l'adultère."



Rentrant en Terminale L, je dois obligatoirement lire deux livres pour mon épreuve de bac. Œdipe-Roi, l’un d’entre eux, a été une vraie surprise positive et a été une lecture très agréable et passionnante. Peut-être en ferais-je, plus tard, une chronique.

Madame Bovary; qui n’a pas déjà entendu ce titre ? A vrai dire, à part son titre et l’auteur, je ne savais pas vraiment de quoi ce roman, ce chef-d’œuvre de la littérature française parlait. Habituellement, j’aime beaucoup les classiques; parce qu’ils dégagent quelque chose. Les classiques sont une part de notre histoire, et cela m’intrigue toujours de savoir qu’ils ont été écrits par de si grands noms. Pourtant, Madame Bovary fut pour moi, j’avoue, une déception.

Au début du roman, nous suivons Charles, de son enfance jusqu’à l’âge adulte ; puis nous découvrons son amour pour Emma, vrai et tendre. Il la demande en mariage; celle-ci accepte. En effet, Emma est une très jolie jeune femme habitant à la campagne et rêvant de gloire, de soirées mondaines, de la ville, de richesse, de beauté, et de luxure. Jusque là, ma lecture a été agréable et j’ai aimé me plonger dans ce roman dont j’ai tellement entendu parler.

Puis, je commençais à compter les pages, à m’ennuyer, mais aussi à clairement m’exaspérer. D’abord, parce que les descriptions sont beaucoup trop longues. Habituellement, les descriptions ne me dérangent pas au contraire, car elles me permettent de m’imaginer le décor, l’environnement, de m’imaginer dans le récit. Mais celles-ci étaient beaucoup trop imagées, parfois incompréhensibles; jolies certes. Mais à trop vouloir écrire des descriptions poétiques, Flaubert m’a un peu ennuyée.

Et puis Emma ; maintenant, parlons d’Emma. Ce personnage est clairement insupportable. Au début, je la comprenais ; son envie de quitter la campagne, d’accéder à la vie, de voir du monde, de s’occuper. Mais à force, elle m’est seulement apparue comme une femme superficielle, méprisante, aimant seulement ce qu’elle ne peut pas avoir et l’abandonnant quand elle l’a enfin. J’ai trouvé son comportement irrespectueux. Oui en effet, elle avait le droit de ne pas être amoureuse de Charles parce que les sentiments ne se contrôlent pas ; mais lui, avait le droit au respect de sa personne (et de sa bonne personne en plus de cela !). Tout le long du récit, Emma n’a fait que de le tromper, de lui mentir ; mais elle a finalement fait ça avec tout le monde. Elle jette certaines personnes pour les récupérer plus tard, elles profitent des autres, elles accumulent les dettes et veut que l’argent vienne ensuite à elle en le demandant simplement.

Charles est l’un des seuls personnages à qui je me suis attaché; c’est un mari aimant de sa femme et de sa fille Berthe, dont Emma ne s’occupe absolument pas ce qui m’a vraiment choqué et m’a fait mal au cœur. J’aurais aimé avoir aussi le point de vue de Berthe (certes, elle est très jeune). Parfois, le pharmacien m’a fait rire tellement son personnage est pathétique mais drôle. Je ne me suis pourtant pas tellement attachée à lui vu ce qu’on découvre au fil des pages. Le personnages aussi, auquel je me suis attaché, est Léon; car celui-ici avait de vrai sentiments pour Emma (contrairement à Rodolphe) et en plus de cela la respectait.

Je pense que Flaubert a voulu dépeindre la société avec ses mœurs et ses maux, et il a complètement réussit. Car les portraits sont superbement précis, paraissent réels, vrais. Je ne peux pas dire que j’ai détesté ce roman ; j’avais hâte de le finir car il est, je trouve, trop long à lire. Je n’aimais pas les parties où les descriptions étaient beaucoup trop présentes ; mais je ne peux pas nier que malgré mon exaspération, les passages de récit où il se passait des choses étaient assez prenants et passionnants. J’ai justement  trouvé dommage le contraste entre ces deux parties du récit.

Cependant, je ne renie pas Flaubert, et je lirai pourquoi pas d’autres de ces récits, car je comprends tout à fait que ce roman soit si ancré dans notre littérature française, et parce que j’ai trouvé son écriture magnifique.
Je ne sais finalement pas quoi penser de ce roman; le côté descriptions trop longues, mais le côté récit passionnant. Je pense que je vais garder en mémoire ce dernier critère.

2 commentaires:

  1. Un livre que nous adorons chez Ivresse Livresque !

    RépondreSupprimer
  2. Un classique génial ! Il fait partie des rares lectures scolaires qui m'aient vraiment emballée ! ! Je l'ai même relu une seconde fois, juste pour le plaisir et une découverte plus personnelle que scolaire, pour le coup et j'avais été tout aussi emballée ! ! J'aime beaucoup l'univers de Flaubert, il a vraiment sa place dans le cercle de nos meilleurs écrivains classiques. ^^

    RépondreSupprimer